Phare du Petit Minou

Ses lumières et sa vue maritime extraordinaires font du site du Minou, à Plouzané, un lieu très apprécié des promeneurs, randonneurs et géocacheurs. Au sommet de ces falaises qui dominent la plage du Petit Minou, un spot très prisé des surfeurs locaux, on peut respirer une grande bouffée d’air frais et admirer les mouvements des navires pénétrants ou quittant la rade de Brest.

Et surtout, on ne peut pas manquer son phare, qui surplombe et surveille l’entrée du goulet de Brest, ce bras de mer qui relie la rade de Brest à l’océan Atlantique. Son pont de pierre battu par la houle en fait un site aussi périlleux que sublime, et attire souvent l’oeil des photographes, amateurs ou confirmés.

© Eugénie Ragot

Visite 3D du Phare du petit minou

Plongez dans une visite virtuelle inédite du phare du Petit Minou, le phare emblématique de Brest et de notre Route des Phares. Ce phare, qui veille sur l’entrée de la rade de Brest, n’ouvre ses portes qu’une seule fois par an, lors des journées du patrimoine. Grâce à ces images d’Inovadys pour Subdivision des Phares et Balises et Brest life, il est visitable toute l’année sur notre site !

Cliquez sur le phare pour y entrer, le temps d’une visite virtuelle unique.

L’histoire du phare du Petit Minou

Adossé au fort miliaire Vauban du même nom et situé dans l’alignement du phare du Portzic, plus ancré en rade, ce phare haut de 26 mètres, qui en atteint 34 au-dessus du niveau des hautes mers, se dresse sur un gigantesque rocher avancé dans les flots.

À l’instar du fort voisin, son rôle premier était de sécuriser l’entrée de la rade de Brest. La Marine Nationale demande sa construction en 1839, mais le projet traîne en longueur pour des raisons administratives. Le phare est finalement édifié en pierres de taille extraites de la carrière de l’Aber-Ildut, sous la supervision de Louis Plantier, ingénieur des Phares et Balises – qui a participé à la mise en place d’une quinzaine de phares en Bretagne, dont celui du Portzic. Sa mise en service officielle n’interviendra qu’en janvier 1848. Ses feux blanc et rouge ont une portée de 19 milles, soit 35km.

Il faudra attendre les années 1890 pour que la direction des Phares et Balises prenne la décision de repeindre le phare du Petit Minou d’une couleur plus réfléchissante, afin de le rendre plus visible à la navigation en plein jour. À ses côtés, on peut encore admirer aujourd’hui un plus petit édifice, un ancien sémaphore, ainsi que l’ancienne maison de ses gardiens. Car, comme tous les phares aujourd’hui, celui du petit Minou est désormais automatisé, et ce depuis 1989.

Si l’on suit le GR34 en direction du nord, le prochain grand phare visitable est l’incontournable phare de Saint-Mathieu.

Pour s’évader encore plus à l’ouest, sur les îles du Ponant, rendez-vous au Phare du Stiff ou profitez de la vue sur le Phare de la Jument, sur l’île Ouessant.

© Eugénie Ragot

Infos pratiques sur le Phare du petit minou

A noter que le phare du Petit Minou s’ouvre au public chaque année, uniquement à l’occasion des Journées du Patrimoine, à la fin du mois de septembre (plus d’informations sur le site de la commune de Plouzané).

Le fort du Minou, quant à lui, se visite également certains jours ; il est conseillé de se renseigner auprès de la mairie de Plouzané, au 02.98.31.95.30. 

  • Phare du Minou – 29280 Plouzané