Pour toute information complémentaire,
n'hésitez pas à contacter l'Office de Tourisme d'Iroise Bretagne

Le phare de la pointe Saint-Mathieu

Du haut de ses périlleuses falaises qui dominent la mer d’Iroise, et au pied desquelles viennent s’écraser des vagues à couper le souffle, on peut parfois, par beau temps, admirer un peu de l’archipel de Molène, et surtout le ballet très courant de petits groupes de dauphins communs.

La pointe Saint-Mathieu est incontournable, tant pour les visiteurs que pour les habitants de la région, et on l’aperçoit bien souvent à la télévision, dans des émissions comme « Thalassa ». Solidement ancré sur un site exceptionnel et riche d’histoire, sur la commune de Plougonvelin, le phare de Saint-Mathieu, à ce jour le phare de le plus à l’ouest de l’Hexagone, continue de faire rêver.

© Eugénie Ragot

L’histoire du Phare de la Pointe saint-mathieu

Ce phare rouge et blanc haut de 37 m (58m au-dessus du niveau de la mer) est d’autant original qu’à ses côtés se dressent fièrement les ruines d’un ancien monastère bénédictin du XIe siècle, bâti sur celles d’une ancienne abbaye du VIe siècle, l’abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre. Un bel écho aux récits évoquant les moines qui allumaient un feu au sommet du lieu saint, afin de guider les navires évoluant dans la périlleuse mer d’Iroise.

Le phare de Saint-Mathieu a été construit en granit venu de l’Aber-Ildut, à l’instar de son voisin du Minou. Inauguré le 15 juin 1835, également du fait du délabrement de la tour de l’abbaye, il fonctionne d’abord à l’huile de colza, puis au pétrole avant d’être électrifié dans les années 1930. Son feu, remarquable par un éclat blanc toutes les 15 secondes, atteint aujourd’hui une portée de 29 milles (soit quelque 55 km). C’est en 1963 qu’il prend son aspect actuel : une superbe tour cylindrique blanche estampillée en rouge d’un immense « SAINT-MATHIEU », et d’une bande rouge en son sommet. Il est automatisé depuis 1996, télé-contrôlé depuis 2005 et est finalement classé au titre des Monuments historiques en 2011.

© Eugénie Ragot

Au cœur de ce site au panorama saisissant (où l’on peut parfois apercevoir quelques dauphins !), se trouve également le Mémorial national des marins disparus en mer. Son cénotaphe invite le promeneur à se recueillir et symbolise la transmission du souvenir aux générations futures. Sur place, chacune des trois « cryptes » est consacrée à la mémoire des hommes des Marines de guerre, de commerce et de pêche. Une déambulation scénographique permet aux visiteurs d’en savoir plus grâce à de nombreux panneaux d’interprétation.

Nous avons testé pour vous : 

© Eugénie Ragot

=> Pour poursuivre la balade et profiter d’une vue sur Ouessant ou Molène, suivez le guide et rendez-vous au phare de Trézien, à Plouarzel.

=> Pour s’évader encore plus à l’ouest, sur les îles du Ponant, rendez-vous au Phare du Stiff ou profitez de la vue sur le Phare de la Jument, à Ouessant.

=> Pour découvrir un autre joyau du patrimoine breton, rendez-vous au Phare de l’Ile-Vierge, dans le Pays des Abers, berceau de nombreuses légendes bretonnes.

Informations pratiques

Rendez-vous sur la page dédiée au phare Saint Mathieu sur le site de l’office de tourisme Iroise Bretagne.

Expériences connexes #surlaroutedesphares #surprenezvous #rando