Géocaching sur la Route des Phares

Envie d’aventures sur les sentiers côtiers de Brest terres océanes ? Equipez-vous d’un GPS ou d’un téléphone portable et partez, vous aussi, pour une chasse au trésor pour le plaisir des yeux, avec une bonne session de Géocaching.

Avant de démarrer un circuit, n’hésitez pas à consulter notre petit guide du géocacheur, si vous êtes novice.

© Nicolas le Men

PARCOURU ET APPROUVÉ : LE CIRCUIT DE SAINT-ANNE-DU-PORTZIC JUSQU’AU MINOU

Nom de code : GC86X96

J’avoue, je ne partais pas gagnante ; la météo hivernale n’étant clairement pas de mon côté. Mais à force de persévérance, je n’ai pas été déçue du parcours. En partant de Brest, je me suis garée tranquillement sur le petit parking situé sur les hauteurs du joli port de Maison-Blanche, puis j’ai gagné directement le GR34 au départ du superbe phare du Portzic. J’ai bien pris le temps de contourner ce fier gardien du goulet de Brest, dont on peut admirer les 35 m, et son sémaphore qui fait office de vigie quant au trafic maritime entrant et sortant de la rade. J’ai aussi pris le temps de trouver une première cache (une micro !), pour bien démarrer cette randonnée… passablement pluvieuse.

UN  SPOT PHOTOS 📸

Sur le sentier côtier qui relie le phare à Saint-Anne-du-Portzic, autre petit port accueillant, où quelques bistrots sympathiques permettent une petite escale bien méritée, on peut apprécier de bonnes rasades d’air frais le long de paysages boisés et de terrains militaires à l’allure étrange, visiblement désaffectés.

 L’un de mes arrêts préférés ne compte actuellement pas de cache, mais reste un spot dingue pour faire des photos, en fonction de la luminosité : il s’agit d’un vieil avant-poste allemand qui surplombe l’eau et que l’on peut traverser, ainsi que de deux petits bunkers engloutis à son pied, qui transparaissent très nettement quand le soleil revient percer les nuages. Une petite crique est accessible et permet quelques bains dans une eau translucide, l’été (mais attention à ne pas oublier ses méduses !).

Une vue panoramique

Avant de passer le port, j’ai fait un petit arrêt par le belvédère de l’hôtel Saint-Anne, qui offre une vue panoramique sur le goulet ou encore les bâtiments d’Ifremer, qui surplombent l’autre côté de Saint-Anne. À noter que sur la digue d’Ifremer, qui n’est pas toujours ouverte au public, se trouve une autre cache, plus difficile à trouver que les précédentes.

Un détour par la Pointe du Diable me permet ensuite d’accéder à l’anse du Dellec, un très beau lieu de promenade, où une plage et un autre port du même nom, sont idéals pour une pause pique-nique.

Bon, voilà qu’il se remet à pleuvoir : je file illico vers le fort du Dellec. Là bas, un espace couvert, dans les ruines de cet ancien fort Vauban parfaitement aménagé, me permet de me mettre au sec avec mon sandwich. Et de trouver une autre micro-cache dans la foulée !

Une fois l’averse passée, je repars vers le Petit Dellec, un endroit plutôt sympa pour une partie de pêche à pied. Mais pas le temps de traîner, je reprends le GR34 en direction du Fort du Mengant, un lieu (militaire) étonnant aux remparts circulaires. Au niveau du plus beau point de vue est dissimulée une cache traditionnelle.

Destination finale

Après un peu d’exercice au bord de superbes falaises, j’arrive à la cache qui précède ma ligne d’arrivé : le Petit Minou. En suivant les indices laissés par Loustik (et même sans, mais je suis plus grande que lui), j’arrive à l’endroit de la cache spéciale #Routedesphares. Bien vu ! Je laisse à nouveau un petit quelque chose dans cette cache traditionnelle, et je poursuis ma route jusqu’au sublime Phare du petit Minou. Je ne peux pas y accéder exceptionnellement, mais je peux aller faire un tour au Fort du Minou, à quelques mètres de là. Et hop, une nouvelle géocache ! Je pousse le vice jusqu’à descendre sur la plage du Minou, qui recèle, elle aussi, d’une dernière micro-cache… peut être un peu trop bien cachée… !

Phare du Petit Minou ©Eugénie Ragot
Phare du Petit Minou ©Eugénie Ragot
Nora

Nora

Hiver 2020

GR34 © RAGOT Eugenie